Comment lancer son magasin et sa marque de mode?

Ouvrir un magasin de vêtements n’est pas différent, pour l’essentiel, d’ouvrir un magasin de toute nature. Bien que nous ayons déjà abordé cette question, il est bon de réitérer certains concepts. Tout d’abord, comme dans toute autre profession, il faut une grande passion pour s’engager dans le monde du commerce. Il est impensable de choisir cette profession comme substitut à toute autre chose, en savoir plus.

MAGASIN DE VÊTEMENTS EN FRANCHISE : MÉRITES ET DÉMÉRITES

Une décision qui, peut-être, peut être prise encore plus tôt, concerne le choix d’ouvrir un magasin de vêtements en franchise. Comme dans d’autres cas, ce type de choix présente des avantages et des inconvénients. L’important est d’évaluer soigneusement les deux et de prendre une décision en connaissance de cause. Parmi les avantages de l’ouverture d’un magasin de vêtements en franchise, nous pouvons citer

la simplicité de la création d’entreprise : grâce aux forfaits que proposent de nombreuses entreprises de vêtements, même les personnes inexpérimentées peuvent facilement créer une entreprise ;
Assistance avant et après l’ouverture : dans de nombreux cas, les entreprises de confection proposent des services d’assistance, tant avant l’ouverture, avec des plans de faisabilité et des plans d’affaires, qu’après l’ouverture, avec des offres, des remises, etc ;
visibilité : c’est facile à dire, mais s’appuyer sur une grande marque signifie bénéficier indirectement de la visibilité dont elle jouit, et plus la marque est forte, plus la visibilité de la boutique sera grande.
Tout ce qui brille est-il doré ? Absolument pas, car l’ouverture d’un magasin franchisé comporte également certains risques, et le jeu n’en vaut donc pas toujours la chandelle :

la dépendance vis-à-vis du franchiseur : si d’un côté le franchiseur nous offre son assistance, de l’autre il nous fera signer un contrat qui doit être respecté ; cela implique que nous ne serons jamais complètement libres de faire ce que nous voulons, du moins pendant la période prévue dans le contrat ;
droits d’entrée et redevances : les entreprises ne concèdent pas de franchises pour la gloire, mais elles veulent clairement gagner de l’argent ; à cette fin, elles demandent à ceux qui décident d’accéder à l’offre, un droit d’entrée et des redevances sur les bénéfices, ce qui réduit la marge bénéficiaire ;
Il faut également tenir compte du fait que le franchiseur exigera certaines exigences minimales. Il s’agit par exemple de l’emplacement du magasin et de son aménagement, qui sont souvent conçus par un bureau de l’enseigne et dont les coûts fixes au mètre carré sont inclus dans l’investissement initial.

OUVRIR UN MAGASIN DE VÊTEMENTS : PRÊT, PARTEZ !

Nous avons décidé d’ouvrir un magasin de vêtements, nous avons décidé du secteur dans lequel nous voulons nous positionner, nous avons identifié la zone où nous ouvrirons le magasin et nous avons écarté l’idée de la franchise. Et maintenant ? Maintenant vient la partie amusante ! Une fois la phase initiale passée, le moment est venu de prendre un stylo et du papier et de tirer quelques conclusions.

Après avoir choisi le secteur (hommes, femmes, enfants, luxe, etc.), nous devons comprendre qui peut nous fournir les vêtements et quelle politique il adopte : achat des produits ou vente à crédit ? Quelles sont les marges bénéficiaires potentielles ? Il faut donc en déduire toutes les dépenses auxquelles nous pensons devoir faire face :

l’achat ou la location de locaux, y compris les coûts de rénovation ;
les frais d’aménagement des locaux et d’achat de tout équipement jugé nécessaire ;
divers frais bureaucratiques (ouverture d’un numéro de TVA, création d’une société, etc 😉
les activités promotionnelles pour le lancement de l’activité et les promotions futures) ;
les divers services publics (électricité, téléphone, taxes, etc.) ;
les salaires du personnel que nous décidons d’engager ;
les impôts et les cotisations de retraite.

Author: Pierre