Tag Archive for Un avertissement du Président Medvedev aux américains et à l’OTAN (Cessez vos intrusions au Moyen Orient

Des meurtres injustifiés: l’ONU demande aux Etats-Unis de justifier les attaques de drones

Un enquêteur de l'ONU a demandé à Washington de justifier l'augmentation de l'utilisation de drones militaires pour perpétrer des assassinats ciblés. Il dit que les attaques de drones qui ôtent la vie à beaucoup d'innocents, pourraient violer le droit international.

L'armée étasunienne et la CIA utilisent des drones en Afghanistan, Pakistan, Irak, Yémen et Somalie. Washington doit clarifier la base légale de sa politique d'assassiner des leaders et des membres présumés des Talibans et d'Al Qaeda au lieu d'essayer de les capturer selon un rapport de Christof Heyns, le rapporteur spécial des exécutions sommaires, extrajudiciaires, ou arbitraires. Ce rapport de 28 pages adressé au Conseil des droits humains de l'ONU a été publié en avant-première du débat de cet organisme sur le sujet à Genève.

"Le gouvernement doit clarifier les procédures mises en place pour garantir que tous les assassinats ciblés soient conformes au droit humanitaire international et aux droits humains et il doit spécifier les stratégies et les mesures prises pour empêcher qu'il y ait des victimes ainsi que les mesures prises pour permettre des enquêtes indépendantes, rapides et efficaces sur les violations éventuelles" précise le rapport. "Bien que les chiffres des estimations d'attaques de drones varient énormément, toutes les études s'accordent sur un point important : leur nombre a augmenté dramatiquement dans les trois dernières années" selon Heyns.

Les officiels de l'ONU citent des chiffres de la Commission des droits de l'homme du Pakistan selon lesquels les drones étasuniens ont fait 957 morts au Pakistan rien qu'en 2010. Il est généralement admis que sur les milliers de personnes tuées par des drones depuis 2004, environ 20% sont des civils.

"Il est capital de révéler ces meurtres pour que des comptes soient rendus aux victimes ou à leurs famille et qu'elles puissent obtenir justice et réparation" selon le rapporteur. 

» Read more..

Les massacres de civils perpetrés par l’OTAN et les US, en Afghanistan, ne cesseront donc jamais???

KABOUL – Un bombardement de l'Otan a tué huit personnes d'une même famille, dont six enfants, dans leur demeure de Paktia, une province instable de l'est de l'Afghanistan, a-t-on appris dimanche auprès de responsables afghans.

Samedi soir vers 20H30 locale (16H00 GMT) un homme, sa femme et six de leurs enfants sont morts. C'était un bombardement conduit par l'Otan, a affirmé à l'AFP Rohullah Samoon, le porte-parole du gouvernement de Paktia.

L'Isaf, la force armée de l'Otan, interrogée par l'AFP, a indiqué avoir entendu parler de l'événement et enquêter sur le sujet.

L'attaque a été confirmée par une source sécuritaire de haut niveau à Kaboul. C'est vrai. Une maison a été bombardée par l'Otan. Un homme appelé Mohammad Sahfee, sa femme et six de leurs enfants innocents ont été brutalement tués, a-t-il raconté.

Les opérations nocturnes de la coalition contre les domiciles afghans sont depuis longtemps un sujet de friction entre le chef de l'Etat afghan et ses alliés de l'Otan, qui portent à bout de bras son fragile gouvernement face à l'insurrection talibane depuis dix ans.

Début mai, le président afghan Hamid Karzaï a convoqué le commandant de l'Isaf, le général américain John Allen, et l'ambassadeur des Etats-Unis à Kaboul, Ryan Crocker, pour une réunion d'urgence au palais présidentiel après que des dizaines de civils eurent, selon lui, été tuées dans plusieurs bombardements de l'Otan.

M. Karzaï avait à cette occasion menacé Washington de geler l'accord de partenariat stratégique à long terme signé par les deux pays si l'Isaf ne faisait pas plus d'efforts pour éviter de tuer des civils lors de ses opérations. Cet accord a été ratifié samedi par le parlement afghan. (…)

Romandie.com

Alterinfo.net

Que va devenir cette jeune afghane? Broyée par une bombe de la démocratie?

Regardez attentivement les conséquences qu’auraient des bombardements sur les installations nucléaires de l’Iran et ensuite, priez…

Je vous ai épargné le cas dans lequel l'Iran venait à se défendre des attaques aidé de ses alliés la Russie (qui se trouve à quelques kilométres de la France), la Chine etc...

(…) Tout le monde dans la région se prépare à un bombardement de la centrale nucléaire et les installations d’enrichissement d’uranium de l’Iran. (…)

Les États-Unis auraient retenu quelques 10 000 cibles en Iran. Les principales sont l’ensemble des installations nucléaires, y compris la centrale nucléaire de Bushehr (ville de 1 million d’habitants)  sur la côte du Golfe Persique, près du Koweït, et les installations d’enrichissement de Natanz (ville de 2 millions d’habitants) près d’Ispahan. (…)

Jamais dans toute l’histoire ne s’est produit le bombardement délibéré de centrales nucléaires et d’installations d’enrichissement nucléaire. De telles installations, partout dans le monde, sont exploitées sous de sévères règles de sécurité parce que le rejet de matières radioactives est mortel au moment même où l’événement se produit et longtemps après y avoir été exposé. Si le États-Unis ou Israël devait bombarder délibérément une centrale nucléaire pleine de combustible nucléaire ou encore des installations d’enrichissement de combustible nucléaire, cette règle serait violée; des éléments radioactifs seraient alors rejetés dans l’environnement.

Il y aurait d’horribles décès dans la population environnante. L’Union of Concerned Scientists [L'Union des scientifiques préoccupés aux USA] estime que 3 millions de décès surviendraient dans les 3 semaines suivant les bombardements des installations nucléaires d’enrichissement près d’Ispahan et la contamination recouvrirait l’Afghanistan, le Pakistan, jusqu’en Inde. (…)

Le nuage radioactif pourrait aller vers le nord c’est-à-dire, en Europe. Au cours de l’invasion de l’Irak par les États-Unis qui étaient accompagnés par le Royaume-Uni, l’Australie et d’autres pays en mars 2003, des munitions et des bombes à l’uranium appauvri (U238) ont été utilisées. Il a fallu 9 jours pour que des particules d’uranium provenant de ces armes en Irak atteignent l’Angleterre où des échantillons de filtres à air ont démontré une hausse de 300 % de particules d’uranium attribuable à la guerre. Les conditions météorologiques qui ont permis que ces particules soient transportées jusqu’en Angleterre ont passé sur le centre de la Turquie, l’Ukraine, l’Autriche, la Pologne, l’Allemagne, la Suède et le Danemark, pour finalement arriver en Angleterre d’où elles ont poursuivi leur route sur la Norvège, la Finlande et jusqu’en Arctique. Ce fait a été signalé par The Times [un journal en Angleterre], qui dans un article résumait une étude européenne de biologie et de bioélectromagnétique.

(…) L’administration Obama et ses conseillers israéliens sont maintenant en train de planifier la contamination de la planète pour 700 millions d’années. Selon la rhétorique des candidats à la présidence républicains, eux aussi, pensent que c’est une bonne idée. Pour leur part, les médias US semblent applaudir.

Soit les Étatsuniens ne comprennent pas ce qu’ils s’apprêtent à faire ou soit ils se pensent eux-mêmes à l’abri des conséquences. La planète n’est pas si grande. Ce qui se passe quelque part sur le globe fini par se répercuter partout sur le globe. La fumée des puits de pétrole incendiés pendant la guerre du Golfe s’est propagée tout autour de la planète et elle a été détectée en Amérique du Sud. Les retombées radioactives du bombardement d’un réacteur nucléaire se propageront en de lieux aussi éloignés, surtout si l’on considère que le voyage s’effectuera sur des millions d’années.

Les pays du Golfe Persique soit principalement l’Arabie Saoudite, le Koweït, l’Iraq et l’Iran possèdent plus de la moitié des réserves de pétrole connues. En 1981, une étude de « Fetter and Tsipis » parue dans le magazine « Scientific American » portant sur « La propagation catastrophique de la radioactivité » estimait que le bombardement d’un réacteur nucléaire rendrait inhabitable une superficie équivalente à 8 600 milles carrés [NDT : 1 mille = 1,609 km] autour du réacteur, tout dépendant de la façon dont le vent soufflerait.

Bombarder le réacteur de Bushehr signifierait que la moitié des réserves de pétrole deviendraient instantanément inaccessibles. Bombarder l’Iran signifierait que les états-uniens ne prendraient plus leurs voitures pour se rendre où que ce soit, plus jamais et ce, pour une très longue période. Le mode de vie à l’américaine serait terminé. Un effondrement économique inimaginable pour les états-uniens suivrait. La culture vivrière mécanisée et le transport de la nourriture seraient choses du passé. Les émeutes de la faim deviendraient chose certaine si jamais la jauge à carburant indiquait que le réservoir est vide, même aux États-Unis, une terre d’abondance.

Les nations du monde ne peuvent pas compter sur les États-Unis et sur leurs conseillers israéliens pour que ces derniers pensent et agissent de façon rationnelle au sujet des bombardements des réacteurs. Il est insensé de dire que « toutes les options sont sur la table » et c’est même un crime contre l’humanité. Les États-Unis et Israël sont en train de préparer le public à accepter cette folie en annonçant qu’ils ont bombardé avec succès un réacteur nucléaire syrien, sans effets nocifs. Israël a aussi récemment publié sa vidéo du bombardement du réacteur nucléaire d’Osiraq survenu en 1981 en Iraq. Voyez comme c’est facile. Il n’y a aucune conséquence fâcheuse. Mais les deux sites étaient en construction et les réacteurs n’étaient pas remplis à ras bord de tonnes d’uranium enrichi.

» Read more..

Les responsables du 11 septembre sont désormais l’Iran. On est passé par l’Afghanistan, puis l’Irak et maintenant c’est au tour de l’Iran. Que c’est pittoyable!


conxientia

Lire également : Al Qaida est la piéce maitresse des sionistes pour contrôler le monde

ainsi que Leon Edward Panetta, secretaire à la défense des états-unis:l'Iran ne court pas après la bombe atomique

Petit rappel sur la guerre de Lybie – La guerre en Libye, la guerre alibi…

Guerre en Lybie

(…) Les « démocraties » occidentales, qui jusqu’à présent aimaient bien les dictateurs (surtout s’ils avaient du pétrole ou de l’uranium à vendre, et des armes à acheter), se découvrent soudain une fibre quasi révolutionnaire, et se préoccupent du sort des « peuples souverains ». Si ce n’était pas si triste, il y aurait vraiment de quoi rire…

Sarkozy a oublié soudain que la France a fait partie des pays qui ont reçu Khadafi en grande pompe, qui l’ont armé, l’ont conseillé, et lui ont bel et bien donné les moyens de se battre contre son propre peuple. C’est juste parce qu’il a refusé qu’on ne lui a pas fourgué nos Rafales…

En Italie, on a fait encore mieux, on s’est appuyé sur la Libye pour « stopper le flux des immigrants africains ». Avec la bénédiction de Bruxelles… Et tant pis si ces migrants se sont retrouvés à la case prison là-bas. L’Europe ne parlait pas des droits de l’homme, à ce moment-là. Ces hommes là n’avaient pas de droits…

Et ce n’est pas si vieux non plus, le temps ou nos ministres fricotaient avec les dictateurs, c’était la semaine dernière, en Égypte, en Tunisie, et ça continue avec les Émirats, avec le Maroc…

Bref, les « droits de l’homme » ont bon dos, ou plutôt, sont à géométrie variable. Quand Khadafi massacrait les islamistes, un grand silence régnait. Faut dire que ce n’étaient que d’abominables barbus, qui méritaient bien de finir torturés dans les geôles libyennes…

Donc, on va « y aller » non pas pour les « droits de l’homme », mais contre Khadafi, qu’il s’agit de remplacer par quelqu’un de plus souple, même si le big boss prétend « lui laisser une porte de sortie diplomatique ».

On ne va pas remonter à la préhistoire, mais quand même… On a pieusement oublié le Chili de Pinochet que les amerlocains considéraient comme un modèle économique… Comme le disait Milton Friedman : « Ce qui compte vraiment dans le dossier chilien (sic) c’est que la libéralisation des marchés a donné naissance à une société libre. » C’est toujours vrai.

Ben oui, on pourrait remonter très loin dans le temps… En Indonésie, également, ou les amerlocains ont mis Suharto au pouvoir, un autre démocrate, celui-là

- Alors curieusement, il est aujourd’hui autrement moins urgent « d’intervenir », disons, en Côte d’Ivoire, où ce bon Gbagbo aurait massacré ses opposants, et commis des « crimes contre l’humanité ». 30 morts, rien qu’hier

Interrogé hier soir sur le jité de la 2, l’inénarrable Juppé a d’ailleurs botté en touche sur la question ivoirienne … Un hasard, sans aucun doute.

- Pas urgent non plus d’aller remettre les pendules à l’heure auprès du gouvernement israélien, qui crache à la gueule de la « communauté internationale » depuis cinquante ans. Faut dire, qu’Israël, il paraît que c’est « la seule démocratie du Proche-Orient ». Enfin, pour les juifs, parce que pour les arabes… Personne n’est « intervenu » quand 1400 civils palestiniens ont été tués par des bombes au phosphore lors de l ’opération « Plomb durci  à Gaza… Notre Ministre des Affaires Etrangères, j’ai nommé BHL, était même entré triomphalement à Gaza, sur un char israélien… Ces gens là n’ont pas de pudeur.

- Personne non plus, quand l’armée américaine est allée pilonner l’Irak et l’Afghanistan, « préventivement », pour aller chercher des armes de destruction massive chez le père Saddam, armes qui n’ont (là-aussi, un hasard) jamais été découvertes … Et combien de victimes civiles, pardon de « dommages collatéraux » ? 100 000 ? 200 000 ? Pfff… des barbus, des talibans, des terroristes. Et puis, c’était pour aller « libérer les femmes ». Celles d’Arabie Saoudite peuvent bien patienter un peu, leurs seigneurs et maîtres ont du pétrole, et sont très potes avec la famille Bush… Surtout la famille Ben Laden.

- Pas urgent non plus d’aller secouer les puces à ce grand démocrate qu’est Vladimir Poutine, qui continue d’apprendre la démocratie à grands coups de pied au cul aux tchétchènes et autres terroristes.

- Personne ne va pas non plus au Bahreïn et au Yémen. Où pourtant, là aussi, les cadavres s’accumulent. Dans le silence médiatique. Au Bahreïn, où, contrairement à la Libye, les manifestants sont réellement désarmés… Et où l’armée saoudienne va prêter main-forte aux copains.

Au Yémen, cette semaine, plusieurs dizaines de morts, et des manifestants (vraiment) désarmés…

Affrontement à Sanaa, 46 morts le 17 mars 2011

Et c’est pareil au Bahrein.

Voilà ce qu’écrit l’ancien diplomate britannique Craig_Murray dans un article intitulé « L’invasion du Bahreïn» :

« …Un haut diplomate d’une mission occidentale aux Nations Unies à New York, que je connais depuis plus de dix ans et en qui j’ai confiance, m’a dit qu’en fait la Secrétaire d’Etat Hillary Clinton a donné son feu vert pour l’entrée des troupes afin d’écraser la démocratie dans le Golfe, en guise d’échange de bons procédés avec la Ligue Arabe qui a soutenu l’intervention occidentale en Libye. … »

« Mais le terrible outrage des cheiks arabes sera passé sous silence en Occident parce que ce sont « nos » fils de pute (allusion à la célèbre phrase d’un président US en référence à un dictateur sud-américain « c’est peut-être un fils de pute, mais c’est notre fils de pute » – NdR), ils hébergent « nos » troupes ; ils achètent « nos » armes – et ils « nous » vendent du pétrole. … », « J’espère que les derniers évènements vont faire prendre conscience à ceux qui ont été dupés à soutenir l’intervention occidentale en Libye, ceux qui croient que les dirigeants des armées occidentales sont motivés par des préoccupations humanitaires. … »…

Révélateur, non ?

Et il poursuit :

» Read more..