Tag Archive for Où en est la crise

Paul Aries : Pour qu’il y ait des riches, il faut qu’il y ait appauvrissement des autres

MES, un coup d’état dans 17 pays

Comme mentionné dans l'article précédent sur ce même sujet "MES, le nouveau dictateur européen", les Ministres des Finances des 17 pays de l'euro ont signé un traité pour l'établissement du Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Le but est de faire payer les citoyens pour les centaines de milliards d'euros dépensés pour les "actions de secours" pour sauver l'euro et de tenir les parlements dans une prise d'étranglement.

» Read more..

Les Indignés contre l’austérité : Ils refusent de payer pour la crise du système financier.

Les autorités ont porté un nouveau coup aux anti-Wall Street en démantelant dans la nuit deux des plus gros campements anti-capitalistes des Etats-Unis à Los Angeles et Philadelphie, deux semaines après l'évacuation des manifestants new-yorkais à l'origine du mouvement.

» Read more..

Salauds de pauvres !

"Je suis indignée que le président de la République choisisse un thème aussi populiste pour son intervention bordelaise. Les fraudes sociales doivent être traquées, mais ce n'est pas avec cela que l'on rétablira les comptes de la Nation ! En revanche, cela montre du doigt tous les bénéficiaires de la solidarité nationale qui seraient tous potentiellement des fraudeurs et, dans un amalgame populiste, des profiteurs ! Dans une période aussi difficile j'attends d'un président de la République qu'il rassemble les Français et non qu'il les divise." (…)

Les jeunes, les banlieues, les immigrés, les sans-papiers, les Français mal-nés, les pauvres, voici que son coeur de cible n'a pas changé depuis 2007. (…)

La fraude sociale, qui représente pourtant moins d'un tiers du manque à gagner pour les finances publiques, est devenu ces dernières années le sésame de toute politique qui se veut réaliste. En réalité, la fraude aux diverses allocations est plutôt marginale.

Le Syndicat national unifié des impôts évalue la fraude fiscale entre 42 et 51 milliards d'euros. Voilà de quoi rééquilibrer les comptes de l'État. Alors pourquoi le gouvernement ne s'attaque-t-il pas à ces fraudeurs-là ? Les diatribes sur les paradis fiscaux sont-elles seulement des effets de tribune pour sommets internationaux ? (…)

Le Point

Une taxe sur les semences de ferme alors que l’Assemblée vote la suppression de la taxe sur les nuitées d’hôtel de luxe

Une proposition de loi adoptée par l'Assemblée nationale obligera les agriculteurs français à payer une taxe pour continuer à ressemer les graines de la récolte précédente.

Les agriculteurs ont l'habitude depuis de très nombreuses générations de réutiliser les graines d'une année sur l'autre

 

Les agriculteurs ont l'habitude depuis de très nombreuses générations de réutiliser les graines d'une année sur l'autre SIPA

La proposition de loi déposée en juillet par le député UMP, Christian Demuynck, et relative à une taxe intitulée « certificat d'obtention végétale » destinée aux agriculteurs a été adoptée lundi, tard dans la nuit, par l'Assemblée nationale. Les agriculteurs ont l'habitude depuis de très nombreuses générations de réutiliser les graines d'une année sur l'autre. Si la semence de ferme était en théorie interdite, elle était jusqu'à présent largement tolérée. Désormais, il devront donc s'acquiter d'une redevance dont le but est de soutenir les droits des créateurs de variétés végétales qui, s’ils ne déposent pas encore de brevets, revendiquent un droit de propriété intellectuelle sur leurs innovations. Selon la Coordination nationale pour la défense des semences fermières, citée par Le Monde, la moitié des céréales cultivées étaient jusqu'ici ressemées par les agriculteurs.

Le ministre de l'Agriculture, Bruno Lemaire, estime que la semence de ferme « doit être autorisée, mais ne doit pas être libre de droit » comme c'était le cas jusqu'à lundi.

Du côté des détracteurs du projet, on souligne le savoir ancestral des paysans qui a permis aujourd'hui au laboratoire de créer des graines résistantes pourfendant du même coup la logique économique du projet. Pascal Durand, porte-parole d'Europe Ecologie-Les Verts, a surenchéri en estimant qu'« au prétexte de rémunérer sa recherche et oubliant qu'elle a bénéficié gratuitement de millénaires de recherches paysannes en utilisant des semences prélevées dans les champs, l'industrie veut pouvoir poursuivre jusque dans l'assiette du consommateur toute récolte sur laquelle elle n'aurait pas prélevé de royalties ».

La Confédération paysanne juge que « le droit des paysans de ressemer et d'échanger leurs semences est le fondement de l'agriculture et de la biodiversité, il ne peut pas être remis en cause au profit d'intérêts privés ».

Actu France Soir

La taxe de 2 % sur les nuitées d'hôtel de luxe à plus de 200 euros la nuit, qui avait été instaurée début septembre lors du premier plan de rigueur du gouvernement, a été supprimée mercredi 30 novembre à l'Assemblée nationale lors de l'examen du budget rectificatif de fin d'année. Cette taxe, qui devait entrer en vigueur le 1er novembre et rapporter environ 100 millions d'euros sur 2011 et 2012, avait été initialement créée pour compenser la perte de recettes de 90 millions d'euros due à l'abandon du relèvement de la TVA sur les parcs à thème.

Le Monde