Tag Archive for Media

Ces médias qui nous informent….

Une image vaut milles mots……

Goldup

Les moutons enragés

CNN MédiaMensonge

Regarder de quelle maniére les médias vous manipulent

J’en rêve encore. J’ai vu des enfants – des corps des enfants coupés, brûlés et mutilés. Voir des femmes mortes et des femmes mutilées vous change à jamais » John Needham, Juillet 2009

( …) En 2007, John Needham écrivit une lettre aux autorités concernées au sujet des méthodes de l’unité 2-12, dans le but de porter des accusations de crimes de guerre. Cette lettre se «  perdit » sans doute volontairement jusqu’à ce qu’une documentariste produise une vidéo de 47 minutes, une entrevue avec le père de John pour éclaircir cette affaire.On the Dark Side in Al Doura- A Soldier in the Shadows

John fut incarcéré et accusé de meurtre. Son père dut payer une caution de 1 million de dollars pour le faire libérer en attendant son procès qui n’eut jamais lieu.

 

Lettre de John  ( Traduction maison  : Gaëtan Pelletier)

18 décembre 2007

Pour: M. Randy Waddle, inspecteur général adjoint, Ft. Carson, au Colorado, CC: LTC John Shawkins, inspecteur général, Ft. Carson, au Colorado, le major général Mark Graham, commandant, Ft. Carson, au Colorado Major Haytham Faraj, USMC, Camp Pendleton, en Californie Lt général Stanley Greene, l'armée américaine inspecteur général

Objet: Notification formelle des atrocités de guerre et crimes commis par le personnel de la Compagnie B, 2-12, 2e Brigade Combat Team, 2nd Infantry Division en Irak

Cher Monsieur Waddle,

Mon nom est John Needham. Je suis un membre de la Compagnie Bravo du 2e Bataillon, 2e Division d'infanterie, 2e Brigade Combat Team, 2e Division d'infanterie, (BCO ,2-12INF, 2BCT, 2id. J'ai été déployé avec mon unité à l'Irak d'Octobre 2006 jusqu'à Octobre 2007, puis  j'ai été évacué pour des blessures physiques et mentales.
Le but de ma lettre est de rapporter ce que je crois être des crimes de guerre et de violation du droit des conflits armés dont j'ai été personnellement témoin alors que j' étais déployé en Irak.

En arrivant en Irak en Octobre 2006 mon unité a été affectée à l'unité de cavalerie ¼ au Camp Prospérité. En Mars 2007, j'ai été renvoyé de mon unité, la société B 2-12 au camp Falcon. C’était  au camp Falcon que j'ai observé et  été forcé de participer à des actes laids et inhumaines contre les citoyens irakiens dans notre domaine de responsabilités. Ci-dessous je liste quelques-uns des incidents qui ont eu lieu.

En Mars 2007, j'ai été témoin que le  SSG Platt a tiré et blessé  un ressortissant irakien sans cause de   provocation. Le sergent-chef a déclaré qu'il soupçonnait l'Irak d’être  un «trigger man » . Nous n'avions pas été attaqués et nous n'avons trouvé aucune preuve au sujet de cet l'homme pour soutenir cette allégation. Pendant que  l'Irakien  saignait sur le sol , PVT Smith a demandé d’administrer les premiers soins à l'irakien. SSgt Platt a dit non : "laisser-le  saigner." Quand SSG Platt s’est éloigné ,  Pvt Smith et PVT Mullins se sont dirigés vers l’irakien et  l'ont traîné dans une ruelle, et appliqué les premiers soins. Ils l'ont ensuite conduit à une  cache pour un traitement ultérieur.

En Juin 2007 1SG Spry demanda qu’un  jeune iranien  soit  arrêté, interrogé, détenu et tué. Nous n'avions aucune preuve que l'Irakien  était un insurgé ou terroristes. Dans tous les cas où nous avons procédé à des arrestations, aucun ne constituait   une menace.  Bien que je n'ai pas été  personnellement témoin de l'assassinat, j'ai observé 1SG Spry démembrer le corps et parader  attaché au capot d'un Humvee dans le quartier Mouhalla,  pendant que l'interprète lançait  des avertissements en arabe dans  le haut-parleur. J'ai une photo qui montre 1SG Spry, en train d’extirper le cerveau de la victime.

AVERTISSEMENT : les images sont atroces et difficiles à supporter. Néanmoins, elles ont été intégrées dans la lettre de John par un site américain, ainsi que la vidéo.

À une autre occasion un  irakien  a été arrêté par une équipe dirigée par le Sgt Rogers, pendant  il marchait dans une ruelle. L'Irakien  a été détenu et interrogé, les  mains attachées derrière le  dos, SGT Rogers lui arracha la peau du  visage.

» Read more..

Gilles Jacquier : bidouillage d’Envoyé Spécial

(…) Triturer le trait, mentir, faire de la propagande n’est pas du journalisme. Or, c’est un opposant syrien, Tarek, qui s’exprime dans ces vidéos, expliquant réellement ce qui s’est passé sur place mais, Envoyé Spécial l’a trappé en bidouillant tout, acceptant la version officielle pour ne pas parler des bandes armées, que dis-je, des terroristes qui sèment la vraie terreur en Syrie. Ambiance.

Tout d’abord, je ne suis nullement une pro-Assad, mais, partisane de la vérité. J’ai été sidérée, à la suite de l’émission spéciale dédiée à la mort du journaliste français Gilles Jacquier, diffusée hier sur France 2, dans Envoyé Spécial. Au-delà du traumatisme que peut susciter sa mort, l’instrumentaliser me choque au plus haut point.

Donc, j’ai été sollicitée par Envoyé Spécial, le dimanche au courant de l’après-midi. Je leur ai consacré mon jour de repos. Mon interlocuteur, Arnaud Muller, très intéressé par mon témoignage, m’a recontacté le lendemain. Il m’a proposé de venir sur le champ à Paris (je suis de Lyon). J’ai accepté car c’était pour moi l’occasion de dire vraiment ce qui se passait sur place, notamment avec les agissements des groupes armés, visiblement financés par l’étranger, et surtout, tenter de démontrer que le régime syrien n’a rien à voir dans le décès regrettable du journaliste Gilles Jacquier. Hélas, en regardant le reportage de France 2, j’ai constaté qu’il y avait de mon témoignage avait été saucissonné. Pourquoi ?

A Paris où je me suis rendue, je suis restée sur place de 17h30 à 21h. Ceci m’a obligé à passer la nuit. Plusieurs fois, lors de notre entretien, je leur ai dit que des groupes armés était derrière les tirs qui ont tué Gilles Jacquier car, ces derniers visaient en réalité les alaouites (pro-Assad) qui manifestaient ce jour-là parce qu’il y avait une délégation de journalistes de la chaîne américaine CNN et de la britannique BBC, à Homs. Les Français quant à eux sont venus à l’improviste (on l’a bien vu lors du reportage). J’ai été surprise d’entendre les salmigondis d’Arnaud Muller affirmant que la manifestation était organisée pour la délégation française, comme si, il se prenait pour le centre du monde.

Je leur ai dit que, Akrama est le seul quartier calme à Homs, le seul qui n’a jamais eu des problèmes car il est composé de sunnites, d’alaouites et de chrétiens. Les tirs des groupes armés visent al-Nuzha et al-Zahara , quartiers surtout alaouites. Lorsque les services de sécurité ont amené les journalistes dans ce quartier (Akrama), ils savaient qu’ils étaient un peu plus protégé qu’ailleurs. Un détail semble avoir échappé à beaucoup. Les agents de sécurité affectés à la garde de l’hôtel des observateurs de la Ligue arabe, n’étaient pas favorables à cette visite dans les “quartiers chauds”, compte tenu de l’heure, et proposaient d’y aller le lendemain.

Avant ma venue à Paris le lundi, dimanche, j’avais proposé à Arnaud Muller de contacter un ami syrien vivant à proximité du lieu du drame. C’est un sunnite et opposant du nom de Tarek, qui s’exprime dans les vidéos en dessous (mais qui se rallie au projet de Bashar al-Assad d’attendre 2014 et faire des élections pour éviter une catastrophe). Envoyé Spécial l’a contacté, interrogé et filmé pendant 45 mn. Or, ces images ont été utilisés à des fins inavouables, flouant de fait, le témoignage de Tarek. In fine, ma désapprobation vient du fait que, Envoyé Spécial a censuré notre intervention de façon éhontée, faisant témoigner des personnes qui déclamaient quelque chose qu’elles avaient appris par coeur.

En réalité, je suis outrée par le comportement de l’équipe d’Envoyé Spécial et le mépris de l’Etat français à l’encontre de la Syrie. Pourquoi l’autopsie de Gilles Jacquier n’a pas été fait dans les règles ? L’équipe de F2 est arrivée en Syrie avec des à-priori, des arrière-pensés, convaincue qu’elle allait être manipulée. Or, les autres équipes étrangères avaient bien suivie les instructions : logées au même endroit, transportées et guidées, etc. Hélas, l’équipe de France télévisions par méconnaissance sans doute, par mépris, peut-être, a voulu faire mieux que les autres.

Pour rappel, à leur arrivée à Damas, les médias français et néerlandais furent logés par les autorités dans des hôtels différents. Mais Gilles Jacquier les regroupa immédiatement au Fardos Tower Hotel. Or, le manager de cet établissement n’est autre que Roula Rikbi, la soeur de Bassma Kodmani, porte-parole du Conseil national (CNS) basé à… Paris. Cherchez l’erreur ! L’hôtel servirait de cache aux services secrets français.

Pour des besoins de sécurité, nous avons supprimé les vidéos….pour l’instant 

Allain Jules

 

Lire également : Grossière manipulation sarkoziste éventée : Gilles Jacquier a été tué par l’opposition

Les médias internationaux voient dans la conférence de presse du ministre syrien des Affaires étrangères, Walid Al-Mouallem, la confirmation de leurs commentaires d’hier à propos des décisions du Comité ministériel ad hoc de la Ligue arabe (reconduction de la mission d’observation et proposition d’une feuille de route) et de leur rejet partiel par Damas.

Aucun n’informe ses lecteurs du contenu du rapport de la Mission d’observation de la Ligue, lequel stipule explicitement qu’il n’y a jamais eu de répression sanglante de manifestations pacifiques. Tous, dans le sillage de la Haut-commissaire des Droits de l’homme de l’ONU, continuent à relayer les affabulations de l’Observatoire syrien des Droits de l’homme sans jamais s’interroger sur sa légitimité, sa méthodologie et sa crédibilité. Par conséquent, les médias interprètent les propos de M. Mouallem –selon lequel l’État syrien s’acquittera de ses responsabilités en matière de protection de la population face aux groupes armés– comme l’annonce d’une amplification de la répression politique.

• L’ex-observateur Algérien Anouar Malek poursuit sa tournée internationale. Il s’exprime cette fois dans le Süddeutsche Zeitung. Aucun des médias qui l’a interrogé ne semble être informé de son passé, ni avoir lu le passage qui le concerne dans le rapport de la Mission de la Ligue arabe. La seule chose qui intéresse les Occidentaux, c’est qu’il leur dise ce qu’ils veulent entendre. Il s’est notamment exprimé dans USA Today (USA), National Post (Canada), Libération et Le Monde (France), Le Temps (Suisse).

• L’Orient-Le Jour annonce que les banques libanaises appliqueront les sanctions internationales prises contre la Syrie. Il semble que le gouverneur de la Banque centrale libanaises faisait référence aux sanctions unilatérales européennes, lesquelles violent pourtant le droit international.

Réseau Voltaire