Tag Archive for Les députés européens ne connaissent pas la crise

Paul Aries : Pour qu’il y ait des riches, il faut qu’il y ait appauvrissement des autres

USA: des centaines de démunis vivent dans les forêts !

MES, un coup d’état dans 17 pays

Comme mentionné dans l'article précédent sur ce même sujet "MES, le nouveau dictateur européen", les Ministres des Finances des 17 pays de l'euro ont signé un traité pour l'établissement du Mécanisme Européen de Stabilité (MES). Le but est de faire payer les citoyens pour les centaines de milliards d'euros dépensés pour les "actions de secours" pour sauver l'euro et de tenir les parlements dans une prise d'étranglement.

» Read more..

Les Indignés contre l’austérité : Ils refusent de payer pour la crise du système financier.

Les autorités ont porté un nouveau coup aux anti-Wall Street en démantelant dans la nuit deux des plus gros campements anti-capitalistes des Etats-Unis à Los Angeles et Philadelphie, deux semaines après l'évacuation des manifestants new-yorkais à l'origine du mouvement.

» Read more..

Salauds de pauvres !

"Je suis indignée que le président de la République choisisse un thème aussi populiste pour son intervention bordelaise. Les fraudes sociales doivent être traquées, mais ce n'est pas avec cela que l'on rétablira les comptes de la Nation ! En revanche, cela montre du doigt tous les bénéficiaires de la solidarité nationale qui seraient tous potentiellement des fraudeurs et, dans un amalgame populiste, des profiteurs ! Dans une période aussi difficile j'attends d'un président de la République qu'il rassemble les Français et non qu'il les divise." (…)

Les jeunes, les banlieues, les immigrés, les sans-papiers, les Français mal-nés, les pauvres, voici que son coeur de cible n'a pas changé depuis 2007. (…)

La fraude sociale, qui représente pourtant moins d'un tiers du manque à gagner pour les finances publiques, est devenu ces dernières années le sésame de toute politique qui se veut réaliste. En réalité, la fraude aux diverses allocations est plutôt marginale.

Le Syndicat national unifié des impôts évalue la fraude fiscale entre 42 et 51 milliards d'euros. Voilà de quoi rééquilibrer les comptes de l'État. Alors pourquoi le gouvernement ne s'attaque-t-il pas à ces fraudeurs-là ? Les diatribes sur les paradis fiscaux sont-elles seulement des effets de tribune pour sommets internationaux ? (…)

Le Point